Mais, mais, mai ?

Aujourd’hui la mer se retire et seuls restent d’infimes bestioles sur le sable qui m’agacent infiniment mais que par respect infini de la vie je n’ose massacrer. Je suis humaine, humaine par la haine, le rejet et la violence. Humaine aussi par infini respect de la vie. Du coup, je me prend les pieds dans le tapis !